Collectif Jean de Neyman
La Résistance en mémoire

Site de recherches sur la vie de Jean de Neyman, Résistant, fusillé le 2 septembre 1944 à Saint-Nazaire (Heinlex) en Loire-Inférieure (Loire-Atlantique aujourd’hui) - France.

À vélo
Article mis en ligne le 13 janvier 2024

par Patrice

Le témoignage écrit dans le livret du P.C.F., cellule Guy Môquet [1], et conforté par celui de Constantin de Neyman, son père, nous rapporte que « par son audace, il réussit à sauver dix otages à Guérande. »

Il est dans les Groupes de Résistance de la presqu’île guérandaise le 1er mai 1943, et ce, jusqu’à son exécution [2].

Deux résistants ayant tirés sur des soldats allemands, la Kommandantur prend dix otages et annonce qu’ils seront fusillés dans les 48 heures si les coupables ne se dénoncent pas.

Jean de Neyman apporte son aide aux deux résistants pour qu’ils puissent fuir et rédige une lettre de menace de la part d’un groupe nombreux de résistants, décidé à user de représailles. « En cas d’assassinat des otages, le chef de la Kommandantur serait exécuté et tirerait sur tout soldat sortant de la ville ».

Monté sur un vélo militaire allemand, habillé en soldat allemand, il va lui-même porter cette lettre à la Kommandantur (Il parle parfaitement allemand). Il exige que le message, très urgent soit remis le soir même.

Le stratagème réussit, l’audace est récompensée, les otages libérés.


Dans la même rubrique

La lettre
le 14 octobre 2023
par Patrice